Zea Agir actualités Home

Le Préfet change et les boues rouges demeurent

Cela fait des dizaines d’années que l’exploitation du site de Gardanne est à l’origine de pollutions massives de l’environnement par l’émission de substances dangereuses et le rejet de déchets.

Depuis qu’il a autorisé le 28 décembre 2015 la poursuite des rejets en mer et l’accroissement du stockage des déchets au sol, le Préfet des Bouches du Rhône a dû mettre en demeure l’exploitant du site qui dépassait les plafonds de la dérogation.

Le 21 juin 2016, il a octroyé une nouvelle dérogation à Altéo pour lui permettre de stocker davantage de déchets au sol et ce à proximité des habitations.

Au nom de plusieurs riverains et de l’association ZEA représentée par Olivier Dubuquoy, Maître Hélène Bras, avocat au Barreau de Montpellier, ont saisi le Tribunal Administratif de Marseille d’un recours visant à faire annuler cette nouvelle dérogation à l’origine de nuisances et de pollutions supplémentaires à terre.

De plus, le Conseil d’Etat a été également saisi d’un recours dirigé contre le Premier Ministre à la suite du jugement du Tribunal Administratif de PARIS du 20 avril 2017 qui n’avait donné que partiellement satisfaction à Monsieur Dubuquoy dans sa demande de communication d’informations environnementales.

La question des substances émises dans l’environnement - c’est-à-dire des poussières - est un enjeu majeur de ce dossier puisque en décembre 2015 puis en juin 2016, l’Etat a autorisé le stockage, à proximité des habitations, des matières solides résultant de l’exploitation de la bauxite sur le site industriel d’Altéo, augmentant ainsi considérablement les nuisances subies par les riverains.

Une procédure, engagée depuis plus d'un an devant le Tribunal Administratif de Marseille par Maître Hélène Bras au nom des pêcheurs, de riverains et de l’association ZEA / Nation Ocean fondée par Olivier Dubuquoy, contre l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 est toujours en cours d’instruction. Le Préfet des Bouches du Rhône n’a toujours pas fait valoir ses arguments alors qu’il a été mis en demeure de le faire depuis plusieurs mois par le Tribunal.

Nous venons d'apprendre que Le Préfet Stéphane Bouillon était susceptible d'être muté dans la journée, nous attendons donc du nouveau Préfet qu'il réponde au plus vite à nos demandes.

 

Newsletter

Vous souhaitez être informé de nos campagnes, actions, ou tout autres sujets relatifs à nos préoccupations communes ?